12 hommes rapaillés: s’assembler pour rassembler

Quelques-uns des 12 hommes rapaillés, dans les loges du Théâtre Maisonneuve, le 18 juin 2011, dans le cadre des Francofolies de Montréal. Crédit photo: Richard Pelletier.

Individuellement, ils sont tous dotés de cet aura magnétique, de ce charisme mystérieux qui, lié à leur talent, leur permet de remplir les salles et de charmer un auditoire.

Imaginez douze spécimens de cette trempe sur une même scène! Ce qui se produit est non seulement magistral, mais émouvant. Parce qu’ensemble, ils s’unissent dans l’humilité et le respect. La notion d’hommage prend ici tout son sens. Ils s’imprègnent de cette poésie grandiose, ils s’écoutent, se soutiennent, et s’émeuvent les uns les autres. Cette émotion est palpable du point de vue du public, et c’est ce qui donne au spectacle des 12 hommes rapaillés sa dimension unique et bouleversante.

Je demande à Yann Perreau comment il vit ça, de l’intérieur. Est-il chaque fois chaviré et émerveillé à l’écoute de chacune des interprétations de ses frères de scène? Ressent-il le même frisson que le public qui assiste à ce moment pour la première fois? Il me répond que oui, chaque fois. Et du coup, je comprends que c’est ce qui crée l’événement. Outre la justesse des mots, toute la beauté du show est là, dans cette inlassable passion que ressentent les 12 artistes à chaque représentation.

Et la musique… Ah, cette musique! On plane ici dans les hautes sphères accoustiques. Louis-Jean Cormier, qui signe les arrangements, prouve une fois de plus qu’il est génial – dans le sens de génie.  Entouré de Mario Légaré et François Lafontaine, entre autres, Cormier génère un son moderne, actuel, qui rocke et transporte, et qui souvent berce. Frissons, larmes, bonheur, si beau, si incroyablement beau. Une musique pénétrante et sensuelle, à fleur de peau, qui colle parfaitement à l’univers poétique intemporel de Gaston Miron.

 Dans son apparente simplicité, la mise en scène de Marc Béland est judicieuse parce qu’elle offre à voir une complicité et un plaisir manifeste. Des auteurs-compositeurs-interprètes talentueux, de grandes et belles voix, des présences magnétiques, qui sont à la fois participants et spectateurs. Je n’ai jamais vu un spectacle aussi touchant et rassembleur. Ils ont de trente à soixante ans, et ensemble ils n’ont pas d’âge. Ils laissent l’égo à la maison. Ils sont un. Ils disent et chantent Miron avec leur corps et leur coeur, habitant chaque mot, chaque note, chaque souffle. À l’unisson, investis du plus profond de leurs âmes, en parfaite harmonie. Une fratrie? Yann Perreau précise: «C’est plus qu’une fratrie, c’est un égrégore.» Une manière de dire que les 12 hommes rapaillés constituent «un groupe humain doté d’une personnalité différente de celles des individus qui le forme». Une entité en soi. Un tout.

C’est effectivement l’énergie ce qui se dégage de ce somptueux spectacle. C’est ce que j’ai ressenti lors de la première mouture du show, il y a deux ans. Et c’est encore plus manifeste cette fois, peut-être parce que l’amitié qu’ils ont forgée est encore plus profonde depuis le temps. Je sais que ce spectacle passera à l’histoire, parce qu’il touche au coeur de l’identité québécoise. Quel privilège d’y avoir assisté, deux fois plutôt qu’une… merci la vie!

Vers les 2 heures du matin, Gilles Bélanger me dit, autour d’un verre et d’une pointe de pizza, que les 12 hommes sont le plus beau cadeau que la vie lui ait donné. «Mais c’est vous, Gilles, l’instigateur du projet! C’est vous qui faites un cadeau au Québec, à la langue française, à Gaston Miron, à la postérité de la poésie!» Monsieur Bélanger lève alors humblement son verre, heureux et ému, et nous trinquons en silence.

12 hommes rapaillés. Dans les coulisses du Théâtre Maisonneuve, le 18 juin 2011, dans le cadre des Francofolies de Montréal. Crédit photo: Richard Pelletier.

Publicités
Cet article, publié dans artiste, Langue française, mise en scène, Montréal, musique, poésie, spectacle, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s