Le retour des Hommes Rapaillés

Hier, j’ai eu le plaisir de déballer un exemplaire de «Douze hommes rapaillés, volume 2» et de le savourer sur le champs, dans le cadre de mes fonctions à Espace Musique. D’un bout à l’autre. Deux fois plutôt qu’une. Avec frissons et ravissements, j’ai revécu des instants du spectacle de l’automne dernier à la Place des Arts, alors que je vivais l’un des moments marquants de ma vie de spectatrice.

Le volume deux est un bijou, au même titre que le premier. Mais avec ce petit supplément d’amour, tant du côté des artisans de l’album que du côté de l’auditrice que je suis, attachée au projet comme si j’en étais la complice silencieuse, émue de l’impact qu’a cette aventure dans le paysage musical et poétique du Québec.

Lire mon compte-rendu du lancement de l’album lundi le 30 août au Lion d’Or.

Publicités
Cet article, publié dans artiste, Montréal, musique, Québec, radio, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le retour des Hommes Rapaillés

  1. Moukmouk dit :

    Quand même étonnant qu’en cet age du jetable et de la recherche de la nouveauté, qu’on fasse une relecture d’un poète qui a écrit il y a 30 voir 50 ans pour certains textes. Qu’est-ce qui fait que Miron, poète souvent touffu et déchiré qui crie sa rage d’être écrasé, méprisé aliéné tant par cet église qu’y est presque disparue que par les boss anglais… soit encore lu et apprécié ?

    On dit que les Québécois ont enterré les démons que Miron combattait… alors pourquoi touche-t-il encore autant ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s