« Buffet chinois, All you can eat »: buffet froid

Pour créer cette fable apocalyptique, Nathalie Boisvert, qui vit aux États-Unis depuis quelques années, s’est inspiré des années Bush et de l’état de décadence, de déni généralisé qui y régnait, notamment autour de la guerre en Irak et de la situation environnementale. Dans Buffet chinois, All you can eat, Momentum présente un sombre tableau de ces Américains qui ne pensent qu’à consommer dans le confort, malgré les enjeux majeurs qui se jouent à l’échelle planétaire.

Lire ma critique sur Mon Théâtre.

Publicités
Cet article a été publié dans mise en scène, Montréal, spectacle, théâtre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s