Les sculptures de Marie Khouri

J’aime la sculpture.  Devant une oeuvre en trois dimensions, qu’il est possible de contourner et d’observer sur tous les angles, je cherche à comprendre le processus de création.  J’imagine l’artiste avec ses outils et ses matériaux, absorbé par son travail, transposant son intériorité en une matière tangible.   

Née à Beyrouth, Marie Khouri a vécu à Paris pendant vingt-cinq ans.  Récemment établie en Colombie Britannique, elle expose aussi à Paris et Mexico.  Sa plus récente exposition, Surfacing, présentée à la Gallerie Elliott Louis de Vancouver, offre une série de formes sphériques érodées, percées, rompues.  Ces sphères représentent la protection de l’intériorité, la carapace extérieure, qui subit les revers du temps, lequel y laisse d’ineffaçables cicatrices. Dans une démarche toute personnelle, Khouri fait référence aux horreurs de la guerre qu’elle a vécue au Liban.
(image:  Vessel, par Marie Khouri, 20 x 28 x 18 po., bronze)
Publicités
Cet article a été publié dans arts visuels, sculpture, Vancouver. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s