Martha Wainwright en concert

On a beaucoup évoqué son pedigree et ses origines.  Cependant, Martha Wainwright c’est beaucoup plus que l’héritière musicale d’une clan célèbre.  Avec deux albums qui l’on menée en tournée à travers le monde, la fille des musiciens folk Kate McGarrigle et Loudon Wainwright s’est révélée, depuis quelques années, une artiste accomplie, en pleine possession de ses moyens, maître de son indéniable talent.  Avant de s’être arrêté au Commodore Ball Room de Vancouver le 28 novembre dernier, devant un public réceptif et chaleureux, Martha aura passé près de deux mois à sillonner l’Europe et l’Australie.

Élevée à Montréal dans l’univers musical folk de sa famille, elle a d’abord flirté avec le théâtre, avant de laisser sa propre voix se manifester.  C’est à New York qu’elle roulera sa bosse, notamment comme choriste pour son illustre frère, Rufus.  Puis, en 2005, un premier album éponyme la propulse sur plusieurs scènes américaines, canadiennes et européennes.  Le charme opère, l’envoûtement est tangible:  Martha récole succès, acclamation et respect, autant de la part du public que de l’industrie.
Un deuxième opus au titre génial, fracassant et évocateur, I know you’re married but I’ve got feelings too, reçoit un accueil des plus enthousiastes, la classant parmi les meilleures auteurs-compositeurs-interprètes de sa génération.  Celle qui, selon ses propres dires, a beaucoup douté avant de se lancer en musique («qu’ai-je à offrir? suis-je là pour les bonnes raisons?»),  s’est pourtant taillé une place de choix.  À 32 ans, elle marche dans la lumière avec confiance.
C’est d’ailleurs ce qui vient en tête lorsqu’on entend la voix de Martha Wainwright:  lumineuse, même lorsqu’elle chante l’adversité et le déchirement.  Une voix versatile et puissante, légèrement éraillée, au registre impressionnant, qui tantôt susurre et caresse, et qui, l’instant d’après, perce et touche là où ça fait mal.  Un talent vocal immense, mais aussi une plume.  Avec une verve audacieuse, sa poésie offre des tableaux intimes et crus, teintés d’humour sombre, d’où jaillissent à la fois sa vulnérabilité et sa vigueur.  L’artiste préconise des thèmes universels et profonds, souvent douloureux, tels les déceptions amoureuses, la mort, la guerre, les amitiés perdues.  Mais la mélancolie de Martha n’est ni morose, ni pitoyable: jumelée à sa musique, elle défoule et libère.
Car si ses textes sont de superbes cris du coeur, le folk-rock de Martha Wainwright est un mélange chargé d’émotions brutes et de grâce infuse.  Subtilement pop sans pour autant verser dans la facilité, les ballades coulent dans le rock et le rock se fusionne au folk.  Le résultat est mûri, intense et unique.
Les critiques de par le monde ont été conquis lors de ses concerts.  En effet, Martha rayonne sur scène.  Sous les projecteurs, devant un public attentif, il émane d’elle un charisme qui n’a rien d’étudié:  naturelle, spontanée, légèrement timide par moments, elle s’adresse à la foule comme à un petit groupe d’amis, sans éclat.  Avec sa guitare, elle danse de ce simple déhanchement qui lui est propre, parfois souriante et vibrante, parfois torturée et déchirée, incarnant chacune des pièces avec coeur et conviction. Les yeux clos du début à la fin de chaque interprétation, elle se livre avec intégrité.   Son habileté vocale fascine et donne des frissons.   
On peut suivre l’itinéraire de tournée de Martha Wainwright via son blogue.  En plus d’y lire ses impressions personnelles, on peut y visionner des clips de ses performances – sur scène ou dans l’intimité d’une chambre d’hôtel ou d’un autobus.  Je me dois de mentionner celui où elle chante (divinement) «Dis, quand reviendras-tu?» de Barbara, accompagnée au piano par sa mère qui, de passage en Angleterre, fut invitée à partager la scène avec elle.  Un grand moment, à en croire l’émotion qui transperce l’écran.
Manifestement, Martha Wainwright a beaucoup à offrir.
Publicités
Cet article a été publié dans musique, spectacle. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s