L’adultère, façon Soleil Levant

Le fusil de chasse

Trois versions d’une même histoire.
Trois personnages et trois monologues pour une seule actrice.
Et un acteur qui écoute, ressent, encaisse.

Le fusil de chasse est un spectacle aussi exigeant qu’envoûtant, porté par un texte d’une délicatesse à faire pleurer. L’auteur japonais Yasushi Inoué a tissé un récit d’amour et de tromperies, et nous convie au coeur d’un drame invisible et silencieux grâce à la force des mots et à la sensibilité lucide de chacune de ces femmes, pourtant toutes plus différentes les unes que les autres.

C’est avec un dépouillement remarquable, dans la pureté de la tradition zen, que François Girard orchestre ces trois tableaux, où Marie Brassard se montre magistrale.

Lire l’intégralité de ma critique sur MonThéâtre.

Le fusil de chasse est à l’affiche à l’Usine C jusqu’au 16 octobre.

 

About these ads
Cette entrée a été publiée dans mise en scène, Montréal, théâtre. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s